Article REM de l'Est

Questions fréquentes sur l’insertion en souterrain du REM de l’Est

REM de l’Est, CDPQ Infra Montréal,
partager

Pourquoi avoir affirmé pendant plusieurs mois que la solution en souterrain était impossible alors que vous annoncez désormais une section en tunnel ?

Dans le cadre de la planification détaillée du projet, deux études ont été menées pour évaluer différents scénarios d’insertion. Ces scénarios en souterrain ont été jugés non viables considérant l’accumulation de risques critiques qu’ils comportent - voir autre réponse ci-dessous. Plus récemment, une option a toutefois été identifiée dans le cadre de la deuxième étude. Cette option vise l’enfouissement d’une partie du tracé, sous forme de tunnel de surface, entre la rue Jeanne-Mance et le boulevard Robert-Bourassa. Cette optimisation a été intégrée au projet de référence et permet de bonifier à la fois l’intégration du projet, ainsi que la fréquence à terme du REM de l’est par l’ajout d’une arrière-gare. L’option d’enfouir en totalité le tracé au centre-ville demeure non viable et c’est ce que nous avons exposé sur la place publique. Nous sommes ouverts à bonifier le projet de référence présenté en décembre et c’est ce que nous continuons d’ailleurs à faire pour le reste du tracé.

 

Comment expliquer qu’il existe des réseaux souterrains ailleurs dans le monde et que ce ne soit pas possible ici?

Chaque ville a ses caractéristiques propres qui doivent être rigoureusement analysées dans leur contexte. Les caractéristiques du sol de Montréal au centre-ville sont particulières. Leur origine glaciaire ainsi que la nappe phréatique rendent l’excavation particulièrement complexe pour ce type de sol. Par exemple, les risques de bris d’un tunnelier forant dans ce type de sol (composé à la fois de roc, de sol et de blocs erratiques) sont extrêmement élevés. De plus, il faut rappeler la présence des tunnels de la ligne jaune et orange du Métro, ainsi que les aqueducs et égouts très âgés de la Ville de Montréal.

Pour mieux comprendre les particularités propres au sous-sol du centre-ville de Montréal, nous vous invitons à écouter les explications présentées dans le cadre d’un breffage technique tenu le 2 septembre dernier.

 

Est-ce que le choix d’une structure aérienne pour le REM de l’Est est une question de coûts?

Non, les études publiées illustrent que nous avons considéré plusieurs scénarios d'insertion au centre-ville. Les options qui n’ont pu être retenues sont liées à l'accumulation de risques techniques critiques (comme les impacts des infrastructures publiques enfouies, les tunnels des lignes jaune et orange du métro, la géologie du secteur, les risques de construction, la présence de la nappe phréatique, etc.), qui rendent ces solutions non viables et non directement des coûts.

L’optimisation annoncée le 2 septembre dernier porte à 8,5 km la longueur en sous-terrain du tracé, soit le quart du tracé du REM de l’Est.

Une intégration urbaine exemplaire du REM de l’Est est prioritaire, tel qu'illustré par les nombreuses initiatives prévues pour la réussir, telles que la mise sur pied d’un comité d’experts multidisciplinaires et la collaboration avec la firme d’architecture québécoise Lemay.

 

Pourquoi ne pas déplacer le tracé plus au nord de René-Lévesque puisque les conditions géologiques sont favorables à une solution en sous-terrain?  
Afin de répondre au besoin du plus grand nombre d’usagers possible, l’emplacement du tracé a été déterminé par une série d’études et d'analyses sur l’achalandage. En fonction de ceci, c’est la solution sur René-Lévesque qui a été identifiée comme la meilleure pour répondre aux besoins. L’objectif du projet du REM de l’Est est d’offrir une solution de transport fiable, rapide et efficace.

 

Qu’en est-il du reste du tracé dans l’est de Montréal, au-delà du centre-ville, et des inquiétudes soulevées ?

Tel que souligné le 21 juin dernier, l’objectif est de continuer à optimiser et bonifier le projet du REM de l’Est suivant la première phase de consultations publiques ayant permis de rejoindre plus de 32 000 personnes. Le breffage technique tenu le 2 septembre dernier visait spécifiquement le secteur centre-ville et la publication des études techniques réalisées pour les différents scénarios d’insertion en souterrain évalués.

Nous reviendrons au courant de l’automne pour présenter les optimisations en cours d’évaluation ainsi que la vision architecturale définie dans le cadre du travail du Comité d’experts multidisciplinaires et de la firme Lemay.

false
false
false

Vous avez d'autres questions sur l'insertion du REM de l'Est au centre-ville?

Nous souhaitons bonifier cet article en répondant à vos questionnements.

Vous pouvez nous les envoyer à [email protected]

false
false
false
partager