Article La congestion routière

Comment la congestion routière nous affecte-t-elle?

CDPQ Infra Montréal,
partager

La congestion routière est souvent associée aux conséquences néfastes sur l'environnement ou encore sur la santé psychologique des conducteurs. De plus, son impact majeur sur l’économie est non négligeable. Uniquement dans le Grand Montréal, les pertes financières générées par l’absentéisme et le retard des livraisons liés au trafic s’élèvent annuellement à plus de 4 milliards de dollars1. Un automobiliste montréalais passerait en moyenne plus de 145 heures par année dans sa voiture, coincé dans les embouteillages.

Voici trois répercussions de la congestion routière sur la société :

false
false
true


1.    Défis de recrutement

Alors qu’une importante pénurie d’employés sévit au Québec, la congestion routière représente aussi un casse-tête pour les entreprises qui doivent embaucher et retenir les meilleurs talents. Une région bénéficiant d’une offre élargie en transport en commun facilite l’attraction et la rétention des candidats2  au sein des entreprises qui y sont établies. Au même titre, recruter du personnel demeurant dans des régions excentrées ou enclavées représente un défi supplémentaire. Par exemple, le livre blanc pour un développement renouvelé de l’Est de Montréal, présenté par la Chambre de commerce de l’Est de Montréal, explique que la mobilité a une incidence directe sur la capacité des entreprises du secteur à recruter et à retenir leur main-d’oeuvre.

false
false
true


2.    Impacts sur l’environnement

Au Québec, le secteur des transports est celui avec le plus haut taux d'émission de gaz à effet de serre3. À ce jour, l'achat de véhicules demeure croissant. Le nombre de voiture immatriculées par la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) a augmenté d’environ 50 000 en 2020 par rapport à 20194. Cette même étude a également démontré que les camions légers (catégorie qui inclut les véhicules utilitaires sport (VUS), les minifourgonnettes et les camionnettes) ont de plus en plus la cote. Leur nombre sur les routes a augmenté de plus de 260% depuis 1990.

false
false
true


3.    Pression sur les infrastructures et les municipalités

Prises d’assaut matin et soir par les automobilistes, les infrastructures routières subissent aussi les contrecoups de la circulation effrénée. En 2020, le gouvernement du Québec a alloué un montant record5 de 3,2 milliards de dollars pour remettre en état des routes partout au Québec. Les routes, viaducs et ponts se détériorent plus rapidement que prévu et nécessitent des investissements récurrents.

Il est démontré que l’ajout de routes ne règle pas la congestion routière à long terme, comme le démontre une étude gouvernementale américaine réalisée en 20206. Le rapport cite un exemple probant, soit la ville de Jackson, au Mississippi, qui a connu une expansion de son réseau routier de plus de 60 % de 1993 à 2017, alors que sa population a enregistré une hausse d’à peine 9 %. Malgré tout, le trafic a explosé de 317 % durant cette même période.

false
false
false

Le transport collectif comme solution

Le transport collectif, en plus de contribuer à diminuer l’achalandage sur les routes, permet de s’affranchir des contraintes du trafic et, dans bien des cas, de réduire significativement le temps de déplacement. D’un point de vue économique, il a été démontré qu’une hausse de 3 % de la part modale du transport en commun dans la région métropolitaine entraînerait une diminution des coûts de congestion de plus de 60 millions de dollars et une baisse des coûts de pollution atmosphérique de 6 millions de dollars7.

false
false
false
Types de transport collectif Montreal

En améliorant les solutions de transport collectif dans le Grand Montréal, le développement de nouveaux quartiers à échelle humaine sont favorisés et pensés en fonction de la mobilité collective. Les entreprises accèdent à un bassin élargi de travailleurs qui recherchent l’agilité et la paix d’esprit que peuvent offrir divers transports en commun. Ainsi, l’accessibilité aux lieux de travail ne devient plus un obstacle au recrutement des meilleures ressources pour les employeurs.

false
false
false

Restez informés

Abonnez-vous à l'infolettre pour vous tenir informés des développements de nos projets et des nouvelles concernant CDPQ Infra.

false
false
false

Le cas du REM  

Pour le REM en construction tout comme pour celui de l’Est en planification, ces projets ont été réfléchis en fonction des bénéfices qu’ils suscitent pour la société. Par exemple, pour le REM, on parle d’environ 34 000 emplois créés pendant la construction et 1000 emplois permanents. Le REM de l’Est, quant à lui, crée de nouveaux liens avec l’est et le nord-est de Montréal, où il y a actuellement 27 millions de pi2 de terrains vacants avec un potentiel de développement, en plus de pôles d’emplois majeurs et des projets de revitalisation importants. Le projet ouvre donc la porte à une panoplie d’opportunités pour ces quartiers de Montréal.

Pour réussir à convaincre les gens de délaisser leur véhicule au profit du REM ou de tout autre réseau de transport, le service proposé doit être efficace, rapide et fiable. C’est sur ce point que mise CDPQ Infra en proposant le Réseau express métropolitain.

Ces avantages concrets rappellent que les transports collectifs peuvent durablement réduire la congestion routière et, du même souffle, améliorer la santé globale, économique et environnementale d’un pays et de sa population.

false
false
false
false
false
false
partager